Le feu toujours hors de contrôle

Alors que les feux ont été maîtrisés du côté des Pyrénées françaises, plusieurs milliers d’hectares forestiers espagnols sont partis en fumée depuis dimanche.

L’Espagne s’embrase. Littéralement. Alors que le pays fait face à de graves difficultés économiques, Madrid doit aussi jongler avec les imprévus naturels. Deux incendies, déclenchés ce week-end dans le nord-est de la péninsule, se sont propagés en raison d’un fort vent de nord-ouest. En fin de matinée, on dénombrait plus de 13 000 hectares ravagés côté espagnol, pour une douzaine dans l’Hexagone.

Par ailleurs, un bilan humain en milieu d’après-midi faisait état de quatre morts, dont trois Français, et d’une vingtaine de blessés. Le premier feu, à Portbou (Catalogne), au bord de la Méditerranée, s’est soldé par la mort d’un père français et de sa jeune fille de quinze ans, qui se sont jetés à la mer en espérant fuir les flammes. Le deuxième incendie, dans la localité espagnole de La Jonquera, aurait été déclenché par un mégot jeté par négligence. Il a entraîné la mort d’un homme de soixante-quinze ans, dont la nationalité n’était pas encore avérée. Ce dernier est décédé des suites d’une crise cardiaque alors que sa maison était cernée par les flammes. La quatrième victime, un Français brûlé à 80% dimanche, est décédée hier matin.

Canadair_Flickr mlamprou

Sur le territoire français, les villes de Cerbère et du Perthus ont connu des débuts d’incendies qui ont vite été maîtrisés. Selon le lieutenent-colonel Christian Coste, représentant du directeur du service départemental d’incendie et de secours des Pyrénées-Orientales (Sdis 66), «le feu de Cerbère est à surveiller», tandis que l’essentiel des actions françaises avaient lieu hier sur le territoire espagnol. «Nous avons envoyé 300 hommes et 6 avions en soutien. Sur le territoire français, nous constatons quelques reprises çà et là. Nous restons donc vigilants au cas où le vent viendrait à tourner.»

Au Perthus, aucun dégât n’était à signaler. «Quand l’incendie s’est déclenché, les autorités ont fermé les routes entre la France et l’Espagne, raconte Patrick Rosa, responsable clientèle au restaurant Chez Grand’Mère. Puis une voiture avec un mégaphone est passée dans le village pour nous prévenir. Nous nous sommes donc confinés. Nous avons hébergé un couple de touristes qui suivait le GR10, et qui a pu repartir ce matin.»

Au vu de l’importance de l’événement, le ministre de l’Intérieur espagnol, Jorge Fernandez Diaz, a pris congé de la réunion du Conseil des ministres de la Justice et des Affaires intérieures de l’Union européenne, qui avait lieu hier à Nicosie (Chypre). Le ministre de l’Intérieur devait arriver à Figueres en fin d’après-midi pour superviser les opérations d’extinction au centre de coordination de l’incendie. Selon la direction générale de la protection civile espagnole, 500 personnes et 70 véhicules d’intervention ont été mobilisés, auxquels s’ajoutent ceux de la garde civile et de la police nationale. De son côté, le Quai d’Orsay a qualifié l’épisode de «tragique» et fait part de «toute la sympathie et de la solidarité de la France» aux autorités espagnoles.

Article en page 7

Publié le 24 juillet 2012 dans L’Humanité.

Par Pierre-Louis Curabet, Paris.

Photo de Une : Feu_Flickr-zigazou76



'Le feu toujours hors de contrôle' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net