Point de vue sur la politique d’immigration de Manuel Valls

Francine Blanche, membre de la direction confédérale de la CGT

«Trois sujets importants s’imposent : la naturalisation, la régularisation, et les flux migratoires. À partir du moment où ces questions concernent les salariés, nous demandons à être consultés. C’est le sens de la lettre que nous avons transmise au premier ministre, le 23 mai dernier. Pour l’instant, aucune date n’a encore été fixée, mais il faut une consultation des partenaires sociaux le plus vite possible et qu’elle soit suffisamment poussée pour embrasser l’ensemble des thèmes. Le ton a changé par rapport à celui du précédent gouvernement, mais il faut que les engagements pris se concrétisent.

Pour nous, il est essentiel d’arriver à des critères nationaux valables pour chacun en ce qui concerne la naturalisation et la régularisation. Tout l’inverse du pouvoir discrétionnaire qu’ont aujourd’hui les préfectures. Il faut une égalité de traitement, que chacun en somme sache à quoi il s’attend. François Hollande s’était engagé durant la campagne à mettre en place ces critères. Après, le tout est de savoir lesquels.

Sur la naturalisation, il reste des fonctionnements assez fous : les tests de connaissances linguistiques, culturelles et historiques, héritées de l’ère sarkozyste, que l’on fait passer aux candidats. Bientôt, on va demander à chacun d’être bachelier pour avoir le droit d’être français. Si on avait demandé à Leonard de Vinci de savoir parler le français avant d’arriver en France, on n’aurait pas la Joconde !

Ensuite, il y a le sujet de la régularisation des travailleurs sans papiers. Cela représente beaucoup de monde sur le marché du travail. Cette régularisation a été annoncée et, nous, nous voulons qu’elle se fasse convenablement. Quand on régularise un salarié, il faut aussi régulariser sa situation de travail. De façon à ce qu’il n’y ait plus en France des salariés qui soient contraints de vivre en dessous du Smic ou dans des conditions abominables. On ne veut plus de salariés sans droits dans nos entreprises, nos chantiers et nos champs. Là, on doit mener tout un travail politique avec le nouveau gouvernement. On ne part pas de rien. Des textes existent. Il faut les simplifier, les clarifier, les améliorer et surtout les harmoniser sur l’ensemble du territoire. Nous sommes prêts à la discussion.»

Entretien en page 10

Publié le 27 juillet 2012 dans L’Humanité.

Propos recueillis par Pierre-Louis Curabet, Paris.

Photo de Une : Manif défense sans-papiers, avril 2008_Flickr whisperfoto

Photo portrait : Courtoisie Blog “Où va la CGT ?”



'Point de vue sur la politique d’immigration de Manuel Valls' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net