Retour à l’état de nature pour le Filet Morand

Cours d’eau prenant sa source à Ostricourt, le Filet Morand a mauvaise réputation à cause de ses crues à Évin-Malmaison et à Leforest. Un projet de « renaturation » est à l’étude pour réguler son débit, le déconnecter du réseau d’assainissement et paysager ses abords.

ÉVIN/LEFOREST. « On prend un égout à ciel ouvert et on le transforme en cours d’eau qui s’écoulera dans la Deûle. » Pour le commissaire enquêteur Louis Walle, la formule est « peut-être un peu exagérée », mais il l’a entendue à plusieurs reprises s’agissant du Filet Morand, cours d’eau à cheval sur les communes d’Ostricourt, d’Évin-Malmaison et de Leforest. En juillet dernier, M. Walle a été chargé de l’enquête publique du projet de « renaturation » du ruisseau, connu pour ses nombreuses crues.

Objectif : déconnecter le Filet Morand du réseau d’assainissement, et donc éviter que les eaux de la station d’épuration de Courcelles-les-Lens ne se déversent dans la Deûle, rivière voisine, les jours de grandes pluies. Pour réaliser ce programme à consonance écologique, le projet propose de curer et de reprofiler le cours d’eau pour faciliter l’évacuation de son débit vers la Deûle. La création de trois zones d’expansion des crues (ZEC) est aussi au programme. Elles permettraient de décanter les eaux pluviales polluées et de réguler les excès d’eau en aval. Au final, les abords du Filet Morand seraient paysagés dans le respect de la faune et la flore, offrant un lieu de balade bucolique.

« UN PROJET DE LONGUE HALEINE »

Pour voir le jour, ce corridor écologique nécessite l’acquisition de terrains, équivalent à une trentaine d’hectares. Les particuliers et les privés concernés, contactés par courrier individuel, ont pu rencontrer le commissaire enquêteur Walle lors de permanences assurées en mairie des trois communes concernées. «Les particuliers me disent souvent que l’on peut faire ce que l’on veut, tant que l’on ne les dérange pas chez eux », explique Louis Walle, rencontré mardi dernier à la mairie d’Évin-Malmaison. Le commissaire Louis Walle doit rendre son rapport, regroupant les questionnements recueillis, début octobre. Mais comme le précise Emmanuelle Lacaille, technicienne chargée du projet à la Communauté d’agglomération d’Hénin-Carvin (CAHC) : « C’est un projet de longue haleine, et il y a encore plusieurs phases d’étude avant la réalisation ». Il faudra donc encore attendre pour les promenades au fil de l’eau.

Pierre-Louis Curabet

Publié le 10 septembre, dans La Voix du Nord – Hénin/Carvin.

Article complet à télécharger en pdf ICI

Photo de Une : Eau transparente le long de la côte rocheuse à l’Ouest de l’île de Lipari_Creative Commons Ji-Elle



'Retour à l’état de nature pour le Filet Morand' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net