Le soleil de Toulouse va réchauffer le Magic Mirror

ROUBAIX. En hommage à la chanson française et en particulier aux artistes toulousains, Yvan Cujious, Magyd Cherfi du groupe Zebda et Art Mengo continuent leur Toulouse con tour en passant vendredi au Magic Mirror roubaisien. Entretien avec le chanteur Yvan Cujious, à l’origine du projet.

Comment est né le Toulouse con tour [TCT] ?

« Il y a deux artistes que j’admire beaucoup : Art [Mengo] et Magyd [Cherfi]. On est un peu une famille avec des liens qui nous relient tous à Claude Nougaro. J’ai donc eu l’idée de nous réunir tous les trois autour de chansons d’artistes originaires de Toulouse et des environs. J’ai proposé le projet à Michel [alias Art Mengo] et à Magyd, qui ne se connaissaient pas avant, mais je sentais qu’il y avait une rencontre à faire, qui donnerait une bonne surprise. »

À quoi le public peut s’attendre ?

« C’est une vision de la chanson toulousaine par trois chanteurs qui sont très différents à l’origine. On est tous réunis par ce lien à Toulouse, mais chacun apporte son univers individuel. On s’amuse à aller chercher des chansons de Nino Ferrer, de Nougaro, de Juliette, des Fabulous Trobadors et aussi de Zebda. Il fallait rester humble face à tout ça. On doit aussi porter une image de Toulouse à travers la France qui reste positive et chaleureuse. C’est un moment de fête autour de ce qu’on considère comme une identité toulousaine. »

Vous éloignez-vous des chansons originelles ?

« De fait, on a posé une instrumentation décalée avec un accordéoniste et un percussionniste. Plus nous, avec le piano, la trompette et la guitare. En ce sens, les chansons deviennent personnelles et décalées. Dans les années 80, les modes de sons étaient plutôt synthétiques et électriques, alors qu’on est en acoustique pour le Toulouse con tour. Ce choix n’était pas forcément réfléchi, ça s’est fait vachement facilement et c’est juste au final. »

Pourquoi ce choix intimiste ?

« L’accordéon, c’est le lien entre nos trois univers. Et c’est aussi en lien avec la chanson française. Il y a toujours un accordéon quelque part, à nous de l’utiliser de façon actuelle. Et puis, un accordéon a des basses puissantes, il se suffit à lui-même. Nougaro qualifiait même l’accordéon de “branle-poumons”. »

Quel est le moment le plus sympa du TCT pour vous ?

« Il y en a plusieurs. Le Sud de Nino Ferrer est un morceau dont on redécouvre la puissance, et le public chante avec nous. Quand Art Mengo reprend La Chanson pour le maçon de Nougaro, c’est magique aussi. Il n’y a que lui qui l’interprète aussi bien. Et puis dans cette chanson, il y a cette notion d’être accessible à tous, tout en leur donnant le meilleur. Dans un contexte où la culture est mise à mal, c’est important cette recherche de beauté. »

Propos recueillis par Pierre-Louis Curabet

Publié le 15 octobre 2015, dans La Voix du Nord – Roubaix.

Photo de Une : Photo Live © Gabriel Pérez

Page du journal à télécharger ICI



'Le soleil de Toulouse va réchauffer le Magic Mirror' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net