Jeff Gilmé, l’homme aux 10 000 bandes dessinée

WATTRELOS. Le premier festival de BD de Wattrelos a fermé ses portes il y a une semaine. Mais qui est derrière cette initiative ? Un passionné du nom de Jeff Gilmé. Rencontre avec un Wattrelosien aux 10 000 bandes dessinées.

Quand on entre chez Jeff Gilmé, on a les yeux qui courent partout. Du sol au plafond, les murs sont remplis de BD. L’homme qui est à l’origine de Trait d’union, le nouveau festival de bandes dessinées de Wattrelos, en possède 10 000. Mais comment s’y retrouver ? « J’ai toujours classé par éditeur, et par format pour gagner de la place, explique ce passionné du 9e art. Après pour des auteurs comme Hugo Pratt et Jacques Tardi que j’aime particulièrement, il y a tellement de formats différents que je les range à part ». Classement qui n’empêche pas Jeff Gilmé d’acheter parfois deux fois le même album, pensant qu’il ne l’avait pas.

L’histoire de ce Wattrelosien commence un peu comme celle d’Obélix. Il est tombé dedans quand il était petit. Sa grandmère et sa tante tenaient une librairie de quartier à Roubaix. « Pour ma génération, il y avait moins d’émissions pour les jeunes à la télévision que maintenant, mais il y avait énormément de BD dédiées à la jeunesse », avance celui qui est atteint de collectionnite grâce, ou à cause du Journal de Spirou.

« Je suis un fan de Lucky Luke. L’éditeur avait décidé de ne pas rééditer les cinq premiers tomes. La collection ne commençait qu’au numéro 6. Jeune, ça me faisait fantasmer, donc un jour j’ai échangé toute une panoplie d’Indien, contre deux albums : un Spirou et un des cinq premiers Lucky Luke. » Le jeune Gilmé se fera gronder par ses parents suite à cet épisode…

Passionné depuis plus de quarante ans, Jeff Gilmé lit toutes sortes de bandes dessinées, et notamment beaucoup de nouveautés pour se tenir au courant. Et surtout, il a toujours une BD sur lui. Au cas où il aurait une heure à perdre. « Surtout dans ma voiture. Si j’accompagne quelqu’un pour faire les courses, j’attends dans la voiture en lisant. »

« COLLECTIONNER, C’EST D’ABORD CHERCHER »

Pour un collectionneur, au fond, seul compte la première édition. C’est pourquoi, « collectionner, c’est d’abord chercher, rappelle Jeff Gilmé. Mais ce n’est pas la possession qui m’intéresse. » Le Graal pour ce passionné : toujours Tintin au pays des Soviets, mais un des rares albums de tirage de tête, édité en 1931 pour les proches de l’auteur. Cerise sur le gâteau de cette version : Hergé l’a dédicacée du nom de Tintin, alors que sa femme a signé Milou de la main gauche. En attendant de trouver cette pépite, Jeff Gilmé nous donne rendez-vous l’an prochain pour la seconde édition de Trait d’union.

Pierre-Louis Curabet

Publié le 19 octobre 2015, dans La Voix du Nord et Nord Éclair – Roubaix.

Article complet à télécharger ICI



'Jeff Gilmé, l’homme aux 10 000 bandes dessinée' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net