Une cosplayeuse pose ses valises près de la Grand-Place

ROUBAIX. À la ville, elle s’appelle Lucie Candelier. À la scène, la toute nouvelle Roubaisienne se prénomme Mitsuko. Sa passion : le cosplay, loisir qui consiste à incarner ses personnages préférés, à l’aide de costumes faits maison.

Depuis un mois, Lucie Candelier a posé ses valises en plein centre de Roubaix. « Je connaissais la ville, car j’ai des potes ici. Et puis, j’ai repris l’appartement de ma cousine », lance la jeune fille, originaire de Dunkerque. Tout en avouant sortir surtout à Lille. Étudiante en création de vêtements à l’école roubaisienne Informa, Lucie Candelier a un passe-temps pas comme les autres : le cosplay – contraction de « costume » et « play » (« jouer » en anglais).

Et attention, on ne parle pas déguisement à l’Halloween. Les cosplayers confectionnent euxmêmes leurs costumes, leurs perruques, et se maquillent à l’image du personnage incarné. « On n’est jamais contents. On retape toujours plein de choses sur nos costumes, raconte celle qui a commencé le cosplay à l’âge de 17 ans. Pour les accessoires, je mets plus longtemps à les fabriquer, même si j’arrive mieux à faire les chapeaux maintenant. »

Mais à quoi ça sert de se balader en super-héros ? Malgré leur engouement, les cosplayers ne vont pas jusqu’au supermarché vêtus de leurs costumes. Ils se rassemblent lors de salons dédiés ou interviennent lors d’événements à thème.

COSPLAY ENTRE ATTIRANCE ET CRITIQUE

« À un moment donné, je n’arrivais plus à trouver un but, explique Lucie Candelier. C’est à ce moment que je suis entrée dans l’association Cosplayers and Co, et que j’ai commencé à “cosplay” des personnages de Disney lors d’événement avec des enfants. Les voir s’approcher de toi, et y croire à fond, c’est un des meilleurs moments que j’ai vécus. »

Si les enfants raffolent des personnages grandeur nature, ce n’est pas forcément le cas de tout le monde : « C’est méga péjoratif dans la tête des gens. On passe pour des attardés. C’est limite méchant parfois. » Les méchants, c’est ce que Lucie Candelier préfère – « Ils ont trop la classe » – elle qui rêve d’incarner un jour Dark Vador (Star wars).

En attendant de maîtriser la création d’armures, Lucie Candelier incarnera une Twi’Lek, espèce humanoïde reconnaissable à sa paire de tentacules sur le crâne, lors de soirées spéciales Star wars organisées pour la sortie du septième film de la saga.

Pierre-Louis CURABET

Publié le 23 octobre 2015, dans La Voix du Nord et Nord Éclair – Roubaix.

Photo de Une : Harold, Dragons 2. Crédit photo SongRiku.

Article complet à télécharger ICI



'Une cosplayeuse pose ses valises près de la Grand-Place' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net