La crémation plutôt que la mise en terre ?

WATTRELOS. Le crématorium de Wattrelos accueillait hier samedi les familles endeuillées en 2014. Leurs proches défunts avaient choisi l’incinération au lieu de la mise en terre. Cette préférence a-t-elle permis à leur famille de faire leur deuil ? Témoignages.

À travers les cinq grandes baies vitrées, on voit les arbres couleurs d’automne. À l’intérieur, tous sont debout dans un moment de recueillement silencieux. La salle de cérémonie du crématorium de Wattrelos était comble samedi matin. Quelque 150 personnes, touchées par la mort d’un proche en 2014, ont assisté à la « cérémonie du souvenir ». Organisée par la Métropole européenne de Lille sur ses deux structures – le crématorium de Wattrelos et celui d’Herlies – cette cérémonie d’hommage collectif a lieu tous les ans à une période proche de la Toussaint depuis dix ans.

Marie-Claude Brion et son frère Michel, tous deux Hémois, assistaient pour la première fois à une cérémonie du souvenir. « Pour le décès de mon beau-frère, on avait vraiment bien été accueilli, assure Michel. Ça ne s’était pas du tout fait dans la douleur. On vous réconforte et on aide le défunt à partir en racontant de belles choses sur la vie qu’il a eue. »

Appuyée au bras de son frère, Marie-Claude Brion abonde dans le même sens : « C’était très bien. Pour nous deux, tout est prêt. On se fera incinérer. » Pas besoin de lieu de recueillement pour faire son deuil ? « C’est la croix et la bannière pour trouver un emplacement dans les cimetières », lance Michel. « Et puis de toute façon, on n’y va qu’une fois par mois, renchérit sa sœur. Mon mari, il est là et là », en touchant son front et son cœur.

JARDIN DU SOUVENIR, LIEU DE RECUEILLEMENT

Un peu plus loin, Martine Vanmullem assiste avec son petit-fils Mickaël à la mise en terre de trois bouleaux plantés symboliquement aux abords du crématorium. La grand-mère est catégorique ; elle ne voulait pas que son mari soit enterré. « Je trouve que l’incinération est plus saine et plus naturelle. »

Pour la grand-mère et son petit-fils, pas de doute : la crémation permet de faire son deuil autant que l’inhumation. Mickaël raconte : « On était dans une salle, où on a pu passer la musique qu’il aimait bien, et on a pu lui rendre hommage. »

La crémation, un meilleur moyen pour vivre la mort d’un proche ? « C’est moins violent, et ça ne m’empêche pas d’y penser même s’il n’y a pas de tombe. » Les parents et le mari de Martine, Wattrelosienne de 66 ans, ont tous été incinérés. « Mes parents ne voulaient pas d’une tombe où on n’irait pas. » Leurs cendres ont tout de même été dispersées dans le Jardin du souvenir du cimetière de Wattrelos. Une façon d’avoir quand même un lieu de recueillement.

Pierre-Louis CURABET

Publié le 25 octobre 2015, dans La Voix du Nord et Nord Éclair – Roubaix.

Photo de Une : Maurice Thoré, président de l’association des crématistes du Nord, devant le crématorium de Wattrelos.

Article complet à télécharger ICI



'La crémation plutôt que la mise en terre ?' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net