Face au maire de Roubaix, les salariés de Dagniaux demeurent très inquiets

ROUBAIX. Le maire Guillaume Delbar a reçu neuf employés de l’entreprise Dagniaux en liquidation judiciaire. Il leur a apporté son soutien et a affirmé que la municipalité ferait son possible pour sauver leurs emplois. Cela suffira-t-il ?

18 h 30. La rencontre entre le maire de Roubaix, Guillaume Delbar (LR), et neuf salariés de chez Dagniaux, vient de se terminer. Les mines sont fermées après une petite heure de discussion à huis clos. On nous avait promis de répondre à nos questions, pourtant un seul des salariés a finalement souhaité témoigner.

Un silence comme pour essayer désespérément de sauver leurs emplois. « Je vais être jeté comme un mal propre, lance Marc Wattrelos, salarié chez Dagniaux depuis 40 ans. On ne croit pas à l’histoire de Danone. Les clients voient bien la différence entre un yaourt et une glace. Ils vont chercher la glace dans un congélateur. » Depuis l’annonce de la liquidation de Dagniaux le 21 octobre dernier par le tribunal de commerce de Douai, le PDG des glaces Dagniaux Sébastien Van de Velde avance que c’est la concurrence « déloyale » de Danone, avec son en-cas lacté baptisé Danio, qui aurait porté préjudice à l’entreprise roubaisienne.

Il avait même attaqué le groupe Danone pour concurrence déloyale en novembre 2014. Sans préciser d’où viennent ces soupçons, Marc Wattrelos pense que son employeur « voulait laisser tomber la marque Dagniaux et implanter (les Glaces) Ruiz (basées à Cambrai) à la place », Sébastien Van de Velde étant aussi PDG de l’entreprise cambrésienne.

Contacté par téléphone après la réunion entre le maire de Roubaix et les salariés de Dagniaux, Sébastien Van de Velde, qui avait racheté l’entreprise roubaisienne en 2012, n’a pas souhaité répondre à nos questions : « Je ne communique pas sur le sujet, et je le ferai le moment venu. » De son côté, la mairie de Roubaix affirme avoir contacté à de nombreuses reprises le PDG de Dagniaux sans obtenir de nouvelles de sa part.

Pour le maire Guillaume Delbar, « il y a de petites chances que l’on sauve ces emplois ». « On va se donner tous les moyens possibles  pour conserver le savoir-faire de la marque », affirme le maire. Il avait ainsi écrit à l’administration judiciaire le 20 octobre dernier pour faire savoir qu’il était au courant de l’existence d’une offre de reprise du groupe Condor, dirigé par la famille Dagniaux, et que la mairie de Roubaix serait au côté d’un repreneur éventuel pour lui faciliter les choses.

Le flou reste donc entier. Pas de quoi ravir Marc Wattrelos qui lance dépité : « Ça me fait très mal. L’entreprise représente toute une partie de ma vie qu’on laisse tomber comme ça. »

Pierre-Louis Curabet

Publié le 29 octobre 2015, dans La Voix du Nord et Nord Éclair – Roubaix.

Article complet à télécharger ICI



'Face au maire de Roubaix, les salariés de Dagniaux demeurent très inquiets' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net