Les foyers-restaurants ont servi leur ultime repas aux aînés

ROUBAIX. Les foyers-restaurants Fourmies et Belfort ont servi leur dernier repas ce vendredi. Lieu de convivialité, ces structures permettaient aux personnes âgées de sortir de la solitude. Les intéressées sont tristes, mais comptent toujours se faire entendre.

« Ça fait mal. On en a fait des démarches, mais personne ne nous a écoutés. » Lunettes violettes sur le nez et foulard à pois autour du cou, Maryvonne Deconinck a la voix ferme de quelqu’un décidé à ne pas lâcher le morceau. « J’ai écrit je ne sais combien de fois au maire, et je n’ai jamais eu de réponse. » Malgré cette énergie dépensée, le foyer-restaurant de Fourmies et celui du boulevard Belfort ont servi leurs derniers repas hier midi.

Selon la municipalité roubaisienne, l’affluence au sein de ces deux foyers ne serait pas suffisante pour qu’ils soient rentables. Comme pour répondre à l’argument, ils étaient quarante-six à s’être déplacés hier pour choisir entre le filet de colin ou le porc fumé. « On n’y croit pas, avance Annie Pruvost, leader de la contestation avec Maryvonne Deconinck. On a demandé à voir les comptes et on ira avec quelqu’un de compétent. Je crois qu’on à le droit de savoir. »

UN LIEU DE RETROUVAILLES

Johan et Christiane Darcy ne viennent que de temps en temps, mais ce rendez-vous va leur manquer à coup sûr. « Je ne pensais pas venir manger ici un jour. Je croyais que c’était pour les plus vieux que nous. Mais c’est nickel », s’exclame Johan, Roubaisien d’origine et habitant du quartier du Nouveau-Roubaix depuis vingt-deux ans. Sa femme Christiane ajoute : « Nous, nous avons encore la chance d’être tous les deux, mais pour les autres… Le contact humain, c’est important. »

Ce lien humain, Francine, la doyenne du groupe, en a vraiment besoin : « Quand mon mari est mort, mon médecin m’a dit de venir ici pour me remonter le moral. » Cela fait maintenant une dizaine d’années qu’elle est inscrite au foyer-restaurant de Fourmies. « On nous supprime tous. On a un certain âge, mais on a besoin de vivre », lâche-t-elle. Elle aura 87 ans en décembre.

Pour la suite, les bénéficiaires des deux foyers-restaurants auront le choix entre prendre des repas à domicile ou se rendre au foyer-logement de Beaumont. Pas vraiment une solution pour les intéressés : « Ce n’est pas notre quartier, et puis c’est un mouroir à la résidence Beaumont », lance Maryvonne Deconinck.

Malgré tout, les adhérents du foyer-restaurant Fourmies ne se laissent pas abattre et devraient manifester ce samedi matin devant la mairie.

Pierre-Louis CURABET

Publié le 31 octobre 2015, dans La Voix du Nord et Nord Éclair – Roubaix.

Article complet à télécharger ICI



'Les foyers-restaurants ont servi leur ultime repas aux aînés' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net