L’enseigne La Halle ne conserve que deux magasins dans l’Oise

OISE. Depuis la mi-novembre, l’enseigne a fermé les sites de Senlis, Noyon, Beauvais et de Compiègne. Restent ouverts ceux de Creil et de la zone commerciale de Jaux-Venette.

« Le magasin est fermé, mais nous ne sommes pas encore licenciés. Actuellement, je suis chez moi et je suis rémunérée pour ça. C’est dingue ! Aller dire ça à des gens qui cherchent du travail. » Le constat est lucide. Cette ancienne conseillère clientèle à La Halle (anciennement La Halle aux vêtements) de Noyon, est encore sous le choc après la fermeture définitive du magasin le 10 novembre dernier : « Ça a été un coup dur mentalement. On a su dès avril qu’on allait fermer. Tous les matins, on devait ouvrir et voir notre magasin se vider petit à petit. » Le site de Noyon embauchait six salariés.

Confrontée à des difficultés économiques après un changement de gamme, La Halle avait décidé, en avril dernier, de fermer près d’un tiers de ses magasins. Après les jours de grève lors des soldes de juin dernier, il semblerait que les salariés de l’enseigne ont réussi à obtenir des conditions de départ qui leur conviennent mieux, avec notamment une prime supra-légale de l’ordre de 1 000 euros par année d’ancienneté. « Le mouvement de grève nous a fait énormément bien, avance l’ancien directeur du site de Jaux-Venette. Nous avons été très bien informés par la suite et les conditions de départ ont été bien négociées. »

Même avis du côté d’une des anciennes conseillères clientèle du site de Beauvais, qui employait treize salariés : « Des personnes étaient là pour nous conseiller sur notre avenir. On prenait rendez-vous pour chercher des formations. Ça m’a beaucoup aidé. J’ai une formation à partir de mars. »

Dans le même temps, La Halle a proposé aux salariés touchés des reclassements dans les autres magasins de l’enseigne. Une solution qui n’en est pas forcément une, pour nombre d’entre eux. « J’ai refusé les reclassements, car ça fait plus de 50 km pour aller bosser et on ne me proposait qu’un 25 heures au lieu d’un 30 heures, raconte une salariée avec 19 ans d’ancienneté. Ce n’est pas jouable avec une vie de famille. Si on avait des gros salaires on le ferait, mais là… »

Interrogée sur le sujet, la direction de La Halle explique que dans le cadre d’un Plan de sauvegarde de l’emploi des critères d’ordre sont pris en compte (ancienneté, nombre d’enfants, compétences, etc.). Un classement est alors effectué au sein d’une même catégorie professionnelle. « C’est ensuite que l’on applique ces critères d’ordre sur une zone qui a été négociée avec les partenaires sociaux. À eux ensuite d’accepter ou non le poste proposé. »

Un procédé qui déplaît : « C’est aussi pour ça que je n’accepte pas de poste, avance une ancienne salariée du site de Beauvais. Je ne veux pas qu’on enlève quelqu’un pour me donner un poste. Je trouve ça terrible ! »

Pierre-Louis Curabet

Publié le 20 novembre 2015 dans Courrier Picard – Oise.

Page du journal à télécharger ICI



'L’enseigne La Halle ne conserve que deux magasins dans l’Oise' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net