Pagayer pour sensibiliser aux dérèglements climatiques

Cinq Belges se rendent à Paris en kayak pour porter les messages d’ONG belges avant la COP 21 sur les réchauffements climatiques.

Les jeunes du club Sport nautique compiègnois (SNC) sont en pleine effervescence. Sortie des skiffs et des pales d’aviron. Des gourdes qui traînent sur les bancs et des baskets parsèment la pelouse devant les trois pontons d’embarcation.

Au loin, trois kayaks orange et jaune. À leur bord, trois Belges. Leur camarade Raphaëlle est, elle, un peu plus loin. « Elle aime bien prendre son temps, observer la nature », charrie Ludo. Leur destination : Paris, où se tiendra la 21e Conférence des parties (COP 21) sur les réchauffements climatiques, du 30 novembre au 11 décembre prochains.

430 kilomètres à parcourir entre Bruxelles et Paris

« On a rendez-vous samedi après-midi à l’ambassade de Belgique pour apporter tous les messages d’ONG belges », explique Richards Mardens, dreadlocks sur la tête. C’est ce dernier qui est à l’origine de l’initiative « Un coup de pagaie pour le climat », composée d’une petite équipe de Belges ayant décidé de rallier Paris depuis Bruxelles à la force des bras.

« Le but c’est que tout le monde arrive au bout du parcours et de réussir à sensibiliser les gens que l’on rencontre sur le chemin aux enjeux climatiques », raconte ce biologiste marin qui a déjà organisé une aventure similaire sur le Saint-Laurent au Canada, en 2014.

« P…, j’ai mal aux jambes ! » Nicolas, bonnet bleu à pompon rouge visé sur la tête, s’extirpe difficilement de son embarcation. Après une douche bien méritée dans les vestiaires du SNC, ce néophyte du kayak révèle que « c’est la première fois [qu’il] agit concrètement pour des valeurs » qu’il défend.

Accueillis dans des capitaineries, chez des particuliers, ou dans des clubs, les cinq Belges trouvent que les citoyens sont réceptifs à leur discours écologique : « J’ai l’impression que la société civile a pris conscience que le réchauffement climatique est bien réel, alors que les politiques n’ont pas forcément le courage d’agir », affirme Manu, l’un des cinq kayakistes.

Pierre-Louis Curabet

Publié le 26 novembre 2015 dans Courrier Picard – Oise.

Page du journal à télécharger ICI



'Pagayer pour sensibiliser aux dérèglements climatiques' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net