Des citoyens veillent au grain

Les Voisins vigilants et la Participation citoyenne sont deux dispositifs distincts encore perfectibles, qui visent à créer une vigilance de quartier basée sur les citoyens.

Alors que la mairie de Laon aura son système de vidéoprotection d’ici l’été prochain, les citoyens et l’État n’ont pas attendu pour mettre en place d’autres moyens pour garder l’oeil ouvert.

Voisins vigilants, citoyens vigilants. La confusion est vite faite et il convient de distinguer les deux organisations : une officielle appelée Participation citoyenne qui est encadrée par une convention et qui fait appel à des citoyens vigilants, et une autre non officielle du nom de Voisins vigilants (VV) qui correspond à une plateforme internet. Cela n’empêche pas certains d’avoir la double casquette.

« C’est utile si on arrive à fédérer un voisin sur deux »

Frédéric Aubert, premier adjoint à la mairie de Monceau-le-Neuf-et- Faucoucy, a créé la première communauté VV de la ville avant que cette dernière ne se lance dans le dispositif officiel de Participation citoyenne. « Pour moi, l’un ne peut pas marcher sans l’autre. Les informations viendront principalement des voisins avant de les donner aux gendarmes, et inversement. »

Constat que le commandant Alexandra Perroux de la compagnie de gendarmerie de Laon vient affiner par une maxime « Le réflexe, c’est le 17 » : « Le souci c’est la réactivité ; si c’est une urgence, il vaut mieux ne pas passer par un intermédiaire et appeler directement le 17 pour que la patrouille ne perde pas de temps. Si c’est un réseau d’information pour par exemple relayer l’immatriculation de voitures suspectes, c’est moins grave mais il faut que l’information soit bien relayée. »

Lancée en mars dernier, la communauté de voisins vigilants de Monceau compte aujourd’hui 26 foyers sur les 140 de la commune. « Au départ, j’en ai parlé au maire, il était partant pour se lancer dans le projet. On en a parlé dans notre bulletin municipal de juin, on a distribué des prospectus, puis on a fait une réunion mi-novembre pour expliquer aux citoyens ce que sont les voisins vigilants », énumère cet adjoint au maire.

Via le site ou une application, les voisins vigilants peuvent prévenir par mails ou SMS l’ensemble de leur communauté si une personne ou un véhicule suspect traîne dans leur quartier. Autre utilité : la mairie peut envoyer des alertes coupures d’eau ou d’électricité.

Un système perfectible, qui ne marche que si un grand nombre de foyers d’un même quartier sont voisins vigilants. « C’est utile si on arrive à fédérer un voisin sur deux, avance Christophe Marchand, conseiller municipal à Pinon qui fait partie de la communauté VV de l’avenue de Soissons composée de huit foyers. Il faut aller voir les gens, ça prend du temps. Plus on sera nombreux, plus on arrivera à s’alerter efficacement. » Ce dernier reconnaît que l’alarme installée chez lui depuis cinq mois le tranquillise plus que la communauté VV.

De son côté, l’État a mis en place un dispositif de Participation citoyenne, qui fait appel à des citoyens vigilants volontaires (lire ci-dessus). « Comme on ne peut pas être partout, ça permet de recréer des réseaux de solidarité pour que les citoyens déclenchent une patrouille rapidement », relève le commandant Alexandra Perroux de la compagnie de gendarmerie.

Aujourd’hui, le groupement de la gendarmerie du secteur de Laon compte 123 communes participantes, dont la majorité s’est inscrite dans l’année écoulée.

Pierre-Louis Curabet

Publié le 28 décembre 2015 dans L’Union de Reims.

Page du journal à télécharger ICI



'Des citoyens veillent au grain' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net