L’amour des deux-roues chevillé au corps, du casque jusqu’aux gants

Bourbourg. La 17e édition de la fête de la moto de Bourbourg se poursuit ce dimanche. Entre les stands de vente de matériels spécialisés et le bruit des pots d’échappement, nous avons rencontré quatre mordus du guidon.

Bernard Fête de la moto

1. Bernard, vieux routard de la drague

Pour Bernard, né en 1944, les deux-roues riment avec amour: «C’est grâce à celle-là que j’ai rencontré ma femme, clame ce septuagénaire en nous montrant un vieux modèle de Motobécane Spéciale 50 cm3. J’allais la chercher en Belgique après l’armée

Bernard est donc amoureux de sa femme, et aussi des vieilles bécanes. Il fait partie du Cercle des amateurs inconditionnels des motos anciennes du Nord, «Caiman» en abrégé. Ce vieux crocodile du bitume ne cache pas l’avantage que procure une moto: «À l’époque, avec des motos comme la Spéciale, on pouvait draguer, rigole Bernard Nitten. Les filles regardaient la moto avant le gars

Nicolas et Sylvie Fête de la moto

2. Nicolas et Sylvie, rencontre autour d’un guidon

À tous les écouter, c’est comme si le guidon d’une moto était le prolongement d’une histoire d’amour. Il y a neuf mois, Nicolas et Sylvie se rencontraient… chez un concessionnaire de deux-roues.

Depuis, ils ont aligné quelque 12000 kilomètres à moto pour partir en week-end en Angleterre, au Touquet et autres destinations romantiques. «Moi, ce que j’aime, c’est lutter contre les forces de la nature: le vent, la neige, glisse Nicolas. Plus il fait froid l’hiver, plus je suis content

Didier Fête de la moto

3. Didier, épris de liberté et de vitesse

Quand on lui demande ce qu’il aime dans la moto, Didier Mahé n’hésite pas: «La liberté de pouvoir passer un peu partout, entre les files de voitures. Et puis quand on connaît un peu le coin on peut se taper une petite bourre».

Outre la vitesse, Didier – comme tous les motards rencontrés – loue l’esprit de solidarité qui règne au sein des amateurs de deux-roues: «Je n’ai jamais vu de vol ou de bagarre entre nous».

Pierre-Louis Curabet

Publié le 11 septembre 2016 dans La Voix du Nord – Dunkerque.

Page du journal à télécharger ICI



'L’amour des deux-roues chevillé au corps, du casque jusqu’aux gants' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net