Son amour de la course à pied tourne en Boucles depuis 50 ans

Alors que la 35e édition des Boucles dunkerquoises se tiendra ce dimanche, nous avons rencontré Francis Fiolet, coureur local bien connu, qui était dans la foulée des champions dans les années 80. Il raconte ses souvenirs de Boucles, la compétition et son amour de la course à pied.

DUNKERQUE. Il arrive dans son magasin de sport spécialisé dans le running avec un dossier gros comme deux dictionnaires. Et encore ce n’est que des échantillons. « J’ai des coupures de presse qui remontent à 1970 », souffle Francis Fiolet, coureur du club d’athlétisme l’ELAN 59 (Entente littoral athlétisme nord) depuis 1963. Autant dire que cet homme de 68 ans en connaît un rayon sur la course à pied dans le Dunkerquois.

Dans ses petits papiers, une photographie datant de l’édition 1984 des Boucles dunkerquoises : « Cherchez l’erreur, sourit Francis Fiolet. C’est moi là. C’était quelque chose de gratifiant de réussir à rester au contact de champions pendant 6 ou 7 kilomètres. » Dans le même groupe que Francis, Michel Constat qui vaut 2 h 13 sur un marathon et qui gagnera le 20 kilomètres des Boucles cette année-là.

De la compétition au bien-être

« Pendant très longtemps, on avait un niveau à tomber sur le derrière avec des gars de pointure nationale et internationale, se remémore Francis Fiolet. Nous, on était des seconds couteaux et on essayait de finir dans le top 10. »

Pour ce coureur à l’esprit de compétition bien aiguisé, l’ambiance des Boucles a changé depuis les années 1980 : « Les gens ne se donnent plus les moyens de faire une perf. Ils se dispersent sur plusieurs courses. » Et d’ajouter : « Une course, ça se prépare sur plusieurs mois ». L’été, Francis courrait, lui, entre 120 et 130 km par semaine pour se préparer aux Boucles.

Pour autant, Francis Fiolet est heureux de constater l’engouement qui monte autour de la course à pied : « On s’est rendu compte que la sédentarisation est mauvaise pour la santé et que l’activité physique est indispensable physiquement et psychiquement ».

Ce dimanche, Francis Fiolet ne sera pas sur la ligne de départ – « J’ai arrêté la compétition il y a 5 ans, ça devenait ridicule. » –, mais ne vous inquiétez pas, à 68 ans, il tient encore la forme et s’entraîne toujours activement.

Pierre-Louis Curabet

Publié le 17 septembre 2016 dans La Voix du Nord – Dunkerque.

Page du journal à télécharger ICI



'Son amour de la course à pied tourne en Boucles depuis 50 ans' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net