Les éoliennes, poule aux œufs d’or pour les trois villages de l’Enclave

Les quinze éoliennes de l’Enclave produisent enfin de l’électricité. Une bonne nouvelle pour les communes de Mœuvres, Boursies et Doignies, car le projet pourrait leur rapporter 45 000 euros chacune par an. Un accord en ce sens doit encore être trouvé avec la communauté d’agglomération de Cambrai.

Enclave. «Je vois les éoliennes depuis la fenêtre de ma chambre et je m’imagine que c’est Noël tous les soirs avec leurs balises rouges qui clignotent.» Le maire de Mœuvres, Gérard Sétan, a choisi l’humour, hier, pour fêter l’inauguration officielle des quinze éoliennes qui parsèment maintenant le paysage de l’Enclave.

Depuis plus de sept ans que dure le dossier, il faut dire que les habitants des trois communes concernées – Mœuvres, Boursies et Doignies – étaient plus qu’impatients de voir enfin arriver la poule aux œufs d’or promis par les trois maires. Ainsi, ce grand projet éolien (lire ci-dessous) pourrait rapporter 45 000 euros par an à chacune des trois communes. «À l’heure des baisses de dotations de l’État, c’est une manne financière providentielle, a lancé le maire Gérard Sétan au micro. C’est du beurre dans les épinards

Mais du beurre, Mœuvres, Boursies et Doignies n’en ont pour l’instant que pour un an. De fait, l’impôt forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER) payé par les sociétés d’exploitation de parcs éoliens est normalement reversé à hauteur de 30% au département et de 70% à l’intercommunalité, donc la communauté d’agglomération de Cambrai (CAC).

Entrées au sein de la CAC seulement en 2013, les trois communes de l’Enclave ont négocié un accord de partage de l’IFER avec la communauté d’agglo l’an dernier. Mais ce partage, 35% pour la CAC et 35% pour les trois villes, n’a cours que sur la première année d’exploitation du parc éolien. «Je souhaiterais un accord d’au moins quinze ans, car là, on est dans l’incertitude, souffle Slimane Rahem, maire de Boursies. Je ne peux pas m’engager sur des prêts à long terme.» Ce maire espère profiter de la manne financière d’Éole pour refaire la salle des fêtes et l’assainissement de sa commune.

Alors que le maire de Doignies fait, lui, «confiance» à la CAC pour prolonger l’accord, les trois élus auront les yeux tournés vers le potentiel renouvellement de la présidence de l’agglomération cambrésienne en janvier prochain. En espérant que la nouvelle tête de la CAC leur sera favorable.

Pierre-Louis Curabet

Publié le 14 octobre 2016 dans La Voix du Nord – Cambrai.

Page du journal à télécharger ICI



'Les éoliennes, poule aux œufs d’or pour les trois villages de l’Enclave' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net