Un salon pour faire reculer la perte d’autonomie

Ce week-end, le premier salon des seniors et de l’autonomie se tiendra à l’écogymnase Joël Cliche de la clinique Saint-Roch, à Cambrai. Entre nouvelles technologies et moyens humains, les solutions sont nombreuses pour remédier à une perte d’autonomie chez les personnes âgées et handicapées.

CAMBRAI. L’idée d’un salon cambrésien dédié à l’autonomie chez les seniors et les personnes handicapées remontent à longtemps et à loin. «Il y a trente ans, je suis allé au Japon où ils sont très en avance en domotique (qui permet de centraliser l’ensemble des systèmes de la maison et ainsi accroître le confort des usagers, ndlr), explique Pierre Deceukeleire, président de l’association Aril qui organise l’événement. Outre le côté technologique, ce qui m’intéressait c’est l’adaptation des logements aux handicaps et aux personnes âgées

Révolution des technologies

Après cette lointaine sensibilisation nippone, Pierre Deceukeleire a écumé, ces quatre dernières années, «tous les salons possibles et imaginables» sur le thème de l’autonomie. «L’idée c’est que les technologies vont révolutionner notre approche de l’habitat et de l’autonomie, lance Matthieu Neirynck, responsable de l’agence Services à la personne chez Aril. Les technologies vont aider les personnes âgées [et handicapées].»

Exemples d’innovations: une boîte aux lettres connectée qui déclenche une alerte en cas d’inactivité anormale, des robots ménagers intelligents ou des chemins lumineux pour éviter les chutes nocturnes. Star du salon, le robot humanoïde Pepper qui perçoit nos émotions (en photo page 11)!

… Et l’indispensable humain

«Cela reste des outils, précise Pierre Deceukeleire. Ils ne remplaceront pas l’humain, qui apporte une vraie valeur ajoutée.» Ainsi, une personne à qui parler pendant une petite heure par semaine ne peut pas être suppléée par un robot. C’est pourquoi, plusieurs associations d’aide aux personnes isolées (le centre social, le Clic, etc.) seront aussi présentes ce week-end à l’écogymnase Joël Cliche où se déroule le salon.

Cet événement sera donc l’occasion pour les visiteurs de prendre conscience des solutions qui existent concernant le maintien à domicile. D’autant que le développement de celui-ci s’inscrit dans l’ère politique du moment: «Le département n’a plus les moyens d’investir dans les maisons de retraite, assure Pierre Deceukelaire. Or le maintien à domicile coûte trois fois mois cher qu’un séjour en maison de retraite».

Pierre-Louis Curabet

Publié le 22 octobre 2016 dans La Voix du Nord – Cambrai.

Page du journal à télécharger ICI



'Un salon pour faire reculer la perte d’autonomie' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net