Deux conseillers d’opposition invités à partir

En préambule du conseil municipal, l’adjoint Guy Coquelle a fait savoir qu’il « n’y avait pas d’affaire Bygmalion à Proville » et a qualifié de « diffamateurs » les deux conseillers d’opposition, François Duriez et Francis Lonnoy.

PROVILLE. Les ficelles d’un conseil municipal provillois sont un peu les mêmes que celles d’un livre ou d’un film: on commence fort pour attirer l’audience, le lecteur, le spectateur. Et mardi soir, le conseil a tenu ses promesses avant même le premier point à l’ordre du jour.

« Cela fait trois ans que je me tais, trois ans durant lesquels j’ai supporté vos propos diffamatoires », a lancé l’adjoint à la communication Guy Coquelle à l’attention des conseils d’opposition François Duriez (absent pour des raisons familiales) et Francis Lonnoy. L’adjoint à la communication n’a toujours pas digéré les propos tenus par ses deux opposants en 2013 sur la page «Proville pour tous» (site de l’opposition) ; propos qui portaient sur l’évolution de la publication Proville aujourd’hui, l’un des deux périodiques publiés par la mairie.

Pour rappel, Guy Coquelle et la commune avait poursuivi François Duriez et Francis Lonnoy. Jugée au tribunal correctionnel de Cambrai, puis confirmée par la cour d’appel de Douai, l’affaire avait débouché sur la condamnation des deux conseillers d’opposition, qui ont dû dédommager les deux parties civiles à hauteur d’un euro symbolique au titre des dommages et intérêts, et s’acquitter de leurs frais de justice, soit 2.250 € pour chacune des parties civiles.

Demande de démissions

« Aujourd’hui, vous êtes des diffamateurs aux yeux de la loi et des Provillois », a assuré mardi Guy Coquelle lors de sa prise de parole liminaire. Avant d’informer le conseil municipal de son souhait de verser les 2.250 € au CCAS, et d’ajouter : « Je garderai cependant l’euro symbolique. Il y a des symboles auxquels j’accorde de l’importance ».

Francis Lonnoy, l’un des deux conseillers d’opposition visés, n’a pas souhaité répondre aux propos de Guy Coquelle « car ce n’[était] pas à l’ordre du jour du conseil » et il ne voulait pas « refaire l’affaire ». Le maire Daniel Delwarde a, lui, conclu le débat en affirmant que les deux conseillers d’opposition « devraient partir ».

Pierre-Louis Curabet

Publié le 8 décembre 2016 dans La Voix du Nord – Cambrai.



'Deux conseillers d’opposition invités à partir' has no comments

Be the first to comment this post!

Leave a Reply

Old Paper by ThunderThemes.net